Actualités

Arab Bank a réalisé (1.06 Milliards de $) de bénéfices en 2008

15 févr., 2009

Shoman: Malgré la crise financière mondiale et ses conséquences, nous avons pu accroître les profits de la banque et conserver les dépôts de nos clients

Le groupe Arab Bank a assuré la continuité de ses succès pendant l'exercice de l’année 2008, laquelle est une suite de succès des années précédentes, et ce, dans la mesure où les résultats nets ont atteint un niveau sans précédent; les meilleurs depuis 78 ans. 

Les résultats avant impôts à septembre 2008 et après récupération des provisions se sont élevés à 1,061 millions $, contre 964 millions $ pour la même période de l'année dernière, avec une augmentation de 97 million $ et un taux de croissance de 10%.

Les bénéfices avant impôts et après récupération des provisions ont atteint 840 million contre 775 million $ en 2007, avec une croissance de 65 millions $ et un taux de 8.4%.

Durant ses commentaires sur ces résultats records, M. Shoman Abdelhamid Chairman/CEO a précisé que 2008 était témoin des développements importants et des fluctuations pointues dans les prix et les coûts de production, De plus, l'économie mondiale souffre de répercussions de la crise financière mondiale, qui s'est proliférée aux marchés régionaux et arabes.

M. Shoman a prédit que l'année 2009 serait une année ardue avec beaucoup de défis pour tous les pays du monde, avec des degrés qui différent.

La croissance économique du monde connaîtra un recul remarquable, dont les prémices ont apparu lors du dernier trimestre de l’année dernière, pour atteindre des niveaux bas, en effet, ce recul constituera un défi significatif pour le secteur bancaire.

M. Shoman a insisté sur la robustesse du secteur bancaire jordanien, félicitant, en même temps, la rigueur de la politique monétaire adoptée par la banque centrale de Jordanie dans sa gestion du secteur bancaire et l'application ferme des normes internationales afin de maintenir la solidité du système bancaire jordanien en termes de liquidité et de fonds propres aussi bien que la qualité.

M. Shoman a également insisté sur la solidité du capitalisme de l’Arab Bank et sur sa jouissance de niveaux de liquidité élevés, en respectant les normes strictes de Bâlel II, félicitant ainsi, l’augmentation réalisée par Arab Bank en matière de dépôts clients, concernant les agences au niveau local et international et qui reflète la confiance des clients qu’il s’agisse de particuliers ou d’entreprises envers la banque en tant que refuge pour leur actifs financiers, certes, les dépôts client se sont élevés à fin 2008 à 31,4 milliard $, contre 24,7 milliard $ en 2007 et donc une augmention de 27%. Les dépôts constituent 69% du total de l’actif de l’Arab Bank.

M. Shoman a par ailleurs mis l’accent sur la progression de tous les articles du bilan, étant donné que l’actif du groupe Arab Bank a atteint 45.6 milliards $, contre 38.3 milliards $ à fin 2007, enregistrant une augmentation de 19%. Le portefeuille de facilités de crédit quant à lui, a augmenté de 22.5 milliards $ contre 19.4 milliards $ à fin 2007 et une croissance de 16%. Le portefeuille de facilités de crédit constitue 49% du total de l’actif.

Par ailleurs, la part des actionnaires s’est élevée à 7.5 milliards $, contre 6.8 milliards $ à fin 2007, enregistrant une croissance de 9.5%, chose qui a soutenu l’autonomie financière, laquelle a atteint 16.2%, bien au-dessus des pourcentages des organismes de normalisation et du comité Bâle II, le groupe est parvenu à maintenir un niveau élevé de liquidité à 45%, alors que le rapport des coûts d'exploitation aux revenus nets, qui mesure l'efficacité d'exécution, était (44%).

M. Shoman a indiqué que la banque continue de mettre en application sa stratégie et politique conservatrice qui a été couronnée de succès avec son ambition de réaliser davantage de succès et de développement. Il a ajouté, en 2008, la banque a tenu à étoffer son activité en se basant sur une stratégie visant le développement des produits innovants et des services de haute qualité en concordance avec les besoins des clients, et ce en parallèle avec les risques liés à l’activité, pour assurer sa place en tant que leader dans le secteur bancaire.

M. Shoman a ajouté que les accomplissements d’Arab bank ont permis de conserver son rang quant aux crédit malgré les conséquences de la crise financière actuelle. L’établissement Moody's lui a attribué une classification A2 en plus des perspectives stables à venir, cette classification exceptionnelle dénote du respect de ses engagements et de sa compétence dans la gestion de son budgets. En outre, l’établissement Fitch et Standard & Poor's a attribué à la banque la classification internationale au long terme d’un niveau A (stable), ces classifications dénotent du rang de la banque en tant que leader au moyen orient et en l’Afrique du Nord et sa présence internationale et son expansion géographique. Aussi, ces classifications à fin 2008 révèlent les politiques conservatrices adoptées pour contrecarrer les risques et la qualité de la segmentation sectorielle des facilités de crédit, chose qui a permis de construire une toile sécuritaire permettant à la banque d’éviter les répercussions des crises et des bouleversements financiers internationaux.

M. Shoman rappelle que le conseil de direction de la banque recommande à l'Assemblée générale qui se réunira le vendredi 27 mars d’approuver la distribution des dividendes en numéraire aux actionnaires au taux de 25% de la valeur nominale de l’action ce qui équivaut à 133.5 millions JOD.

En définitive, M. Shoman a remercié Arab Bank; collaborateurs, clients et actionnaires sans lesquels l’Arab Bank n’aurait pu atteindre ces résultats conséquents, interpellant ainsi les collaborateurs de décupler les efforts pour maintenir la position de la banque et de réaliser plus d'accomplissements et de succès.